“Lettre d’or“ (nouvelle)

Illustration “Lettre d’or“ (nouvelle)

Crédit photo - Photographie par Freddy Castro

Allongé sur son lit, comme un véritable enfant Eugène regardait fixement sa montre. Il attendait avec grande impatience le changement de minute effectué par le mécanisme qu’elle refermait à l’issue du tour de la petite aiguille: il était 01h26, instantanément 20 ans après sa naissance. Il lâcha sa montre de sa main pour prendre le gâteau d’anniversaire qu’il s’était préparé dans l’après-midi, qui était alors posé sur sa grande table de nuit et souffla les bougies préalablement allumée.

Officieusement, son anniversaire venait de se passer. Bien qu’il savait que les messages par hiboux et courriers électroniques pour son anniversaire allaient arriver dans les 24h suivantes, il pouvait enfin s’endormir et espérer se réveiller tôt.

Le lendemain matin, vers 9h, un facteur sonna à son petit appartement. Il lui mis en mains propres trois lettres: une vulgaire publicité pour une chaîne câblée, une facture d’électricité et une fameuse enveloppe dorée.

De ces trois lettres, aucune n’a été écrite par un ami, ni un membre de la famille. La plupart du temps, pour dire vrai, rares sont ceux qui prennent de ses nouvelles instinctivement sans qu’il n’en donne lui-même l’occasion. Et toujours pour dire la vérité, il ne recevra aucun message de son dernier parent vivant dans cette même journée, sa mère travaillait jusque tard en ce fin de mois de décembre. Elle ne roulait pas sur l’or et ne voulait pas faire de peine à son fils en ne lui permettant pas de passer un temps avec lui en ce jour important. Elle n’avait juste pas le choix — d’ailleurs, il savait qu’elle travaillait dure pour lui permettre de vivre et d’étudier dans un environnement qui contribue à sa vie heureuse.

Sans nouvelles particulière de ses amis, non plus de sa mère, il était pourtant très heureux. Ni marqué par un manque profond d’amour qui le touchait depuis toujours, ni marqué par la solitude, il était heureux car il tenait dans ses mains une lettre dorée. Une réponse qui lui tenait grandement à cœur.

Internet tel que nous le connaissons n’existe pas dans le monde d’Eugène, “Son internet” est un peu différent. On peut trouver des sites en tout genre mais aucun réseau social, ni boîte mail. Pour communiquer avec les autres en dehors de tout projet professionnel, il faut encore passer par courrier retransmis par les oiseaux voyageurs ou par facteurs. Ces deux moyens sont d’ailleurs bien plus perfectionnés et rapide que nous pouvons le penser !

À l’âge de 20 ans, chaque citoyen de son monde peut écrire via ce procédé à une personne en particulier, au travers d’une lettre d’or. Eugène avait fait le choix d’adresser un mot à une personne qu’il affectionnait plus que n’importe quelle autre personne: une fille née en Écosse qui avait décidé d’étudier les arts dramatiques et qui s’était fait connaître au départ par une petite troupe de théâtre. Une fille qu’il n’a jamais eu la chance de voir en vrai.

Cette fille incarnait pendant de très longues années un personnage important pour lui, une incarnation d’une amie idéale. Ce personnage n’était pas la fille impossible, mais comme la musicienne d’une petite mélodie, la source d’une rivière dans un vaste univers qui lui permettait de vivre dans l’imaginaire et résister à toute douleur sentimentale et donc aussi de solitude. Et surtout, le personnage de cette écossaise lui donnait une vision de la vie qui lui permettait de s’émerveiller sans frontière dans un univers qui commençait peu à peu à vieillir, mais qui le transportait de plus en plus.

Avec le temps, le personnage et l’actrice se sont confondus pour Eugène, ne formant plus qu’une unique personne. En écrivant à cette écossaise, il écrivait surtout au personnage.

Dans sa lettre, il lui racontait des tas de choses — de ses études en littérature anglaise jusqu’à ces derniers événements marquants successible de l’intéresser.

Peu à peu, dans sa lettre, il tenait surtout à faire comprendre qu’il avait espoir, un jour, de franchir les frontières françaises et se construire une nouvelle vie inspirée des aventures de ces deux personnage favoris aux deux cœurs et aux cheveux roux. Sa lettre, qui était au départ une sorte de journal intime — ce qu’il ne voulait pas faire- se transformait peu à peu comme un immense remerciement.

Il ne savait pas ce que lui apportait cet univers qu’il affectionnait tant. La musique le réconfortait, les personnages lui donnait l’impression d’être compris et aimé, les aventures lui faisait oublier les tracas de la vie quotidienne. Il commençait à trouver des réponses. Mais seulement voilà, pourquoi cet univers et pas un autre ? Pourquoi aimait-il ce personnage ? Pourquoi aimait-il cette fille ? Il l’ignorait tout simplement.

Il avait su trouver les mots pour conclure sa lettre. Il ne voulait pas avouer ses sentiments irréels et artificielle à une actrice qui n’aurait que eu peur de sa lettre et dont elle était obligée de répondre… Il voulait, d’une certaine manière, terminer sa lettre tel un inconnu qui parle à un autre être humain qui finalement, n’avait réalisé qu’un travail comme un autre.

Il tenait enfin la réponse. La lettre dorée était un peu lourde, du moins pour une lettre. En la déchirant délicatement, il découvrit des photos et une feuille portant un petit texte écrit au manuscrit.

Dans cette feuille, l’actrice remerciait notre cher Eugène et lui racontait ses futurs projets. Entre autre, comme celui d’un court-métrage qu’elle devait réaliser pour la première fois. Cette lettre était très intense à lire pour Eugène. Il se sentait véritablement dans cette lettre, et voyait tout ce qu’il aimait de l’actrice et du personnage qu’il incarnait. A vrai dire, voilà qu’un même projet reliait les deux êtres… celui de réaliser une aventure.

Puis, la lecture pris fin. Par des mots qui resteront secret et dans l’intimité de Eugène. Il jeta un coup d’œil sur les photos, des photos que l’ont pourrait retrouver sur un compte Instagram — photos de repas de famille, photo de tournage… une grande partie de l’intimité de l’actrice était dévoilé. Mais Eugène avait de la peine. Dans chacune s des photos, il voyait de la tristesse et de la recherche de bonheur dans le visage de l’actrice. Était-ce le reflet de quelque chose de caché en lui, était-ce une illusion ou… voyait-il vraiment quelque chose de caché ? Il se voyait tellement en elle qu’il avait l’impression de se dévisager, de se décoder. Elle était très belle sur ses photos, du moins à ces yeux. Elle transmettait tellement d’authenticité, tellement de simplicité, de petit air de joueuse sur certaines photos. Mais, avec de la tristesse dissimulé.

Tournant les photos une à une, cette impression lui revenait. Il repris la lettre, la relu. Regardait de nouveau les photos. Il avait besoin d’être là pour elle en échange des moments où elle a été là pour lui par son personnage, même si c’était pas directement à sa destination.

La journée se passa. La petite aiguille dépassa de nouveau 01h26, son anniversaire était cette fois véritablement passé. Jamais Eugène n’aura de réponse, jamais il ne pourra lui réécrire.

S’il pouvait fêter une seconde fois ses 20 ans, il rajouterais peut-être un paragraphe entier pour dire à quel point il aimait tant cette fille. Non pas pour essayer de se faire aimer, mais pour lui faire comprendre qu’elles est chère dans le cœur de quelqu’un. Peut-être aurait-il reçu ces mêmes photos, mais avec un bonheur complet sur le visage ?

En tout cas, au travers de cette histoire, Eugène souffle indirectement une deuxième fois ses bougies.

Cela faisait longtemps que je souhaitais vous partager cette nouvelle. Merci de m’avoir lu !

Remerciements: à @ThatsPopy pour sa relecture.