Planitka: remise en question du projet

Depuis quelques semaines, mon esprit est pré-occupé par le destin de la terre de Planitka, l’univers où se déroule l’histoire sur laquelle je travail depuis de très nombreuses années. Les personnages que représentent Vallen, Lina, Oliver et tous les autres occupent une place très importante avec eux. Je vie avec eux chaque instant de ma vie. Je ne les oublieraient jamais et ils le savent.

L’histoire vie en moi depuis que je suis tout petit. Elle a murît en même temps que moi, elle m’inspire de plus en plus tant que les jours passent. C’est comme donner la vie à un enfant qui représente beaucoup plus que ce que nous le pensons. C’est un sentiment indescriptible, qui me terrorise.

Je me suis réveillé un matin, cette semaine, en ayant cru vivre un fragment du voyage qu’attendait le destin de Vallen (le personnage principal). C’est alors à ce moment que j’ai réalisé qu’il fallait que je reprenne l’écriture le plus rapidement possible. Mes fiches, mes brouillons, mes notes, mes dessins commencent à tous se connecter. Ils prennent sens particulier que je ne devrais pas lâcher.

Cependant, je me rend compte que je ne peux plus vivre ce projet seul. Je ne sais plus pour qui écrire. Je ne sais plus qui s’intéresse autant que moi au projet. Je sais que certains se sont intéressé à la publication des deux premiers chapitres, je tiens d’ailleurs à les remercier pour les différentes critiques qu’ils eux à l’égard du récit. Mais aujourd’hui, je ne sent plus la force de continuer à écrire. Paradoxalement, je m’accroche au projet. J’ai du mal à lâcher les personnages qui sont tant importants. Abandonner l’écriture, c’est comme trahir tous mes amis imaginaires de Planitka. Je suis plutôt perdu/confus. Mes pensées me disent en un sens d’arrêter l’écriture du récit. Et dans un autre, je me dis que je ne devrais pas tirer une croix sur ce projet qui m’occupe depuis de nombreuses années.

J’essaye d’écrire. J’ai l’impression de continuer à écrire pour un fantôme. Ou plutôt, à écrire pour une partie en moi qui se renferme petit à petit, dans un monde qui n’existe pas qu’est Planitka. Dans la vie de tous les jours, je ne parviens pas à partager cette aventure avec d’autres. Je me sent seul, dans un océan. Portant sous les bras un livre qui jamais ne sera secouru. Je n’arrive pas à nager. Je veux plutôt ne plus nager, ne plus chercher à atteindre le rivage. Parce que je sais que le combat fut perdu alors que je croyais encore en cette histoire.

Il était peut-être trop tôt pour en parler autour de moi, et trop tôt pour mettre en ligne les premiers essais. J’ai fait beaucoup d’erreurs, aussi bien dans la vie réelle que dans la vie numérique avec le projet PLNTK. Je n’arrive pas à me décider quant à l’avenir du récit. Vais-je continuer à écrire, dans l’ombre ? Ou, vais-je m’accrocher au projet ? Je n’ai plus la force d’en parler. Un nouveau combat commence en moi. Je n’ai surtout plus le cœur d’y croire.

Le site restera en ligne pour les prochains jours à l’adresse https://plntk.maxjrberry.fr. Merci à ceux qui ont suivies jusqu’à maintenant l’aventure du Lumène. S’il vous venait l’envie de laisser quelques mots sur les pages des chapitres, profitez de ces derniers instants d’au-revoir des personnages.

En savoir plus