(MAJ) Ne pas faire les mêmes erreurs que VoxMakers

Je m'identifie énormément à l'histoire qui touche le collectif VoxMakers en ce moment. Parce que je suis membre d'un collectif de vidéastes. Parce que ça n'est pas toujours facile. Parce que je ne veux pas refaire les mêmes erreurs. Et aussi parce que je me remet tout le temps en question et que tout ça me fait réfléchir.

Illustration (MAJ) Ne pas faire les mêmes erreurs que VoxMakers

Crédit photo - Tai Reflections – Starrysky ft. Ermite moderne & Mickael J.

VoxMakers, c'était un collectif de vidéastes qui produisait sans grande prétention du contenus sur Youtube entre 2011 et 2017. Les thèmes qui étaient abordés pendant ces 6 années portaient autour de critiques cinéma, de créations musicales, de sessions jeux-vidéos, d'animés... Je n'ai jamais véritablement apprécié le contenu, mais il faisait rêver beaucoup de monde à l'époque. Jusqu'au moment où le groupe s'est dissout et a laissé toute sa communauté sur sa faim.

Aujourd'hui, on entend de nouveau parler de VoxMakers. Pas pour le meilleur de ces 6 ans, mais pour le pire.

Franchement, c'était chouette ce projet. Dans ses lignes, il s'agissait de réunir plusieurs créateurs qui aimaient faire des vidéos sans forcément se prendre la tête et sans forcément grande prétention. C'était animer des émissions, faire des conventions, des spectacles... tout ça en pronant l'image d'une bande de potes où tout allait bien et qui aimait et respectait sa communauté.

Sauf que non.

Hier soir, au moment d'écrire cet article, une partie des anciens membres du collectif ont pris la parole pour dénoncer des pratiques du co-créateur du collectif : Thomas Cyrix. Si vous avez deux heures de libre, vous pouvez écouter ça ici. S’ajoute à cette prise de parole, une réaction d’un ancien membre occasionnel que j’espère présenter un jour ici sur mon blog, celle de Mister Fox qui peut être écouté ici.

Je ne porterais pas de jugement sur Thomas Cyrix parce qu’il ne s’est pas exprimé au moment d'écrire cet article (maj: son droit de réponse est disponible ici) (bien que tous les témoignages sont accablant et qu’il va être très difficile pour lui de se défendre). Je n’entrerais pas non plus dans la polémique car ce n’est pas le but de mon blog et parce que je ne connais pas à proprement parler aucun membre du collectif.

Il était en tout cas à la tête du collectif, de l’ouverture à la toute dernière phrase divulguée dans la dernière vidéo de la chaîne. Mais de ce que nous pouvons retenir des témoignages, c’est que c’était quelqu’un de tyrannique, manipulateur, escroc, pervers et narcissique. Il avait une vision du projet, sa vision d’ailleurs, qui est discutable. Je suis sûr qu’il voulait mener à bien son petit bébé VoxMakers… Derrière ce petit bébé justement, derrière le sourire des membres se cachait quelque chose de pas sain du tout.

Alors, lire ça fait vraiment mal. Ça fait mal de voir une partie des membres du collectif souffrir encore par cette aventure qui ne faisait plus que de mal que de bien.

Ça fait mal et ça me touche. Parce que j’espérais voir mon collectif aussi beau et inspirant que VoxMakers. Parce qu’en fait, ce qui était pour moi un exemple… n’est que la face de mauvaises choses.

Quelque part, je m’identifie aux membres. Et aussi à Thomas (voir plus bas). J’essaie de me mettre à leur place et à sa place. Parce qu'avec mon collectif, on a traversé une période très difficile et parce que je pense que c'était de ma faute. Je crois en tout cas. Hier, je me demandais même… Si c'était parce que j'étais comme lui finalement ? Si c’était mon comportement qui avait rendu les choses difficiles par moment ? Qu'est-ce qui me rend différent de Thomas ?

Moi je me dis, je ne veux pas du profit. Je ne veux pas emprisonner ceux avec qui je travaille. J’ai eu mes moments où les choses n’étaient pas saines, mais quand je prends du recul aujourd’hui et que je regarde ce que nous devenons, avec le collectif, on avance sans se prendre la tête. On avance ensemble, sans nous concentrer sur le projet d’une entreprise, sans se donner l’objectif de créer pour créer. Sans ambition ni prétention, tant pis si on ne réussit pas. On veut juste faire mieux vidéos après vidéos. On espère un jour grossir et être une référence, faire rêver à notre tour… mais ce n'est qu'un objectif. J’ai eu des comportements que je regrette en tout cas. Mais avec du recul, je me dis que c'était juste parce qu'on avait plus aucune confiance en chacun et qu'on n'était pas fait pour travailler ensembles, qu'on a jamais pu communiquer entre nous et qu'on a fait une suite d'erreurs.

MAJ du 25/05/2019 à 11h:

Le droit de réponse de Thomas Cyrix me rappel certaines erreurs que j’ai pu faire il y a un an. Des erreurs que sans doute lui a commis durant ces 6 années de reproche du reste du collectif.

Lorsque j'ai voulu créer mon collectif de vidéastes, je rêvais de beaucoup de choses idéales. J'acceptais aussi de m'entourer de personnes sans d'abord apprendre à les connaîtres. J'ai ensuite fondé ce collectif sur des bases qui finalement ne nous rapprochaient pas, nous ressemblait pas. Et au lieu de créer, nous passions notre temps à essayer de communiquer. Jusqu'au jour où nous avons décidé de tout arrêter.Cela ne s'est pas passé comme je l'espérais, ça s'est terminé sur une discussion sur le net. Et non pas une poignée de main.

Aujourd'hui, ça me ronge. Et je comprend cette tristesse qui ronge aussi les VoxMakers et Thomas Cyrix.

Il ne s'est pas laissé du temps à la réflexion, il n'a pas pris soint de s’être isolé de toute la haine d’internet qui peut monter aussi facilement dès qu’un drame voit le jour. Il a décidé de réagir à chaud avec un fond très démonstratif de tout le démon en lui (NdA = on a tous un démon en nous) et sous une forme très calculée et travaillée. Preuve de cette erreur, c’est bien la ré-upload de sa vidéo à quelques heures de sa première diffusion.

Alors que dans son discours initial il se présente comme attaquant et de bonne parole, sa vidéo se conclu avec différents textes présentant ces excuses et quelque part disant qu’il est comme chacun de nous : un humain.Je suis très perplexe et je suis perplexe dans mes idées. Cette démarche, cette réaction, tout est très paradoxal : il a pris son temps pour réfléchir à ces mots, à son droit de réponse, de l’écriture de son texte jusqu’au montage.

Il a pris soin d’entrer dans son personnage : lunettes de soleil et blouse. Il a pris soin de rythmer sa vidéo et de jouer sur les sentiments à coup de cartons de texte rouge sur fond blanc, respectant la charte graphique de sa chaîne.Il a eu le temps de réfléchir et de prendre du recul sur son propos. Des heures ont dû se découler entre sa décision de prendre la parole et de publier sa vidéo.

Son erreur, qui fut la mienne il y a un an, c’est de réagir dans un déni. De réagir à chaud, sans prendre de recul. Et d’avoir mis autant de temps à se remettre en question (ou du moins, peut-être en donnant cette impression).

Fin de la maj.

En fait, je crois qu’à force de rechercher à créer à plusieurs et surtout à chercher de former un collectif, on ne croise pas toujours les bonnes personnes. En tout cas, on ne prend pas le temps d'apprendre des autres avant de commencer à vivre une telle aventure.

VoxMakers et Thomas Cyrix ont inspirés beaucoup de monde aujourd’hui. Nous allons tous en tirer des leçons.

Je pense qu’il y a du bien à retenir. Il y a tous ces créateurs: ERMITE MODERNE, TAI REFLECTIONS & STARRYSKY, 123LUNATIC, PIXEL BATTLE, MAD DOG, NEKU / LE MIC-MAC, 100PSEUDO, SÉïA, MADSTALKER, J / FERMEZ-LA, MISTERFOX, KANIPAN, SIRE GODEFROY, NORU-DA, ISHIGATA... Cherchez-les tous sur Youtube... Certains ont besoin de beaucoup d'encouragement aujourd'hui ! Désormais séparés, plus que jamais j'aime à chacun leur contenu.

 Je pense aussi que ça va marquer les esprits de toutes les personnes qui veulent s'engager aujourd'hui dans un tel projet. Pour ma part, j'espère ne jamais faire les mêmes erreurs que VoxMakers et Thomas Cyrix.